vizzboard est une solution qui permet de démocratiser les tableaux de bord.

Pas convaincu ? Vous restez réticent au changement et vous accrochez à votre bon vieux excel ? 😉 Tentons de vous convaincre par l’exemple que concevoir un tableau de bord via vizzboard est beaucoup plus simple.

Prenons un fichier exemple lambda téléchargé sur internet (le premier que nous ayons trouvé sur google). Il s’agit du référentiel des ouvrages disponibles dans la bibliothèque publique et de l’éducation (la BPE pour les intimes) qui indique notamment, pour chaque revue, la langue, le pays d’origine, le nombre de tirage.

C’est parti pour un affrontement en 6 rounds 🙂

Round 1 : Créer un graphe barre

Nous souhaitons répartir sur un graphe barre le nombre de tirages par langue de publication.

Dans vizzboard :

Une fois le jeu de données importé (étape qui servira aux autres tests), il suffit de :

  • sélectionner le graphe barre,
  • saisir la dimension ‘langue’ dans la catégorie, et
  • saisir la mesure compteur.

On obtient en trois clics le graphe suivant:

#LeTrucEnPlus : vizzboard effectue un pré-formatage automatique des données, utile pour les grands nombres (séparateur de milliers et utilisation de l’unité Millions).
Par ailleurs, plus besoin de mettre à jour le titre, vizzboard le fait pour vous : il indique par défaut la ou les mesures ainsi que la ou les catégories.
Enfin, il est possible de trier les données du graphe en un clic, par exemple tri par tirage décroissant.

Dans excel :

Comment passe-t-on d’un tableau de 3 107 lignes en un tableau agrégeant le nombre de tirage total par langues ? Il faut forcément passer par un tableau croisé dynamique – et là on perd du monde – chargé d’opérer les agrégations. Une fois le tableau croisé dynamique créé, il est nécessaire de changer le mode d’agrégation et passer par une agrégation ‘nombre’ dans l’option suivante :

Jusque là tout va bien. On se rend compte alors que la somme des tirages est à zéro. En effet, les valeurs de la colonne Tirage sont en erreur : ‘Nombre stocké sous forme de texte’. Donc excel n’arrive pas à sommer. Il faut donc convertir en nombre l’ensemble des valeurs en erreur….

Ouf ! Voici le résultat sous excel. Il manque encore un peu de mise en forme non ?

Résultat : vizzboard 1 / Excel 0

Round 2 : Créer une carte de répartition des ouvrages

Nous souhaitons produire une vision géographique de la répartition des ouvrages dans le monde. Pour cela, l’approche cartographique est la plus intéressante.

Dans vizzboard :

Il suffit de choisir le graphe de type carte, sélectionner la zone géographique souhaitée (monde, Europe, France …), puis sélectionner la catégorie contenant le nom du pays. On obtient donc en trois clics la carte suivante :

Dans Excel :

Apparemment, on peut le faire avec Excel 2013 via l’outil Bing Maps (cf tutoriel). Si on n’a pas cette version d’excel, c’est plus compliqué, voire impossible ? Nous n’avons pas trouvé d’astuce simple.

Résultat : vizzboard 1 / Excel (antérieur à 2013) 0

Round 3 : Filtres sur un tableau de bord

L’intérêt d’un tableau de bord, c’est avant-tout de pouvoir jouer avec les données. Si l’on peut filtrer tous ses graphes d’un coup sur un pays pour ne pas redévelopper un tableau de bord spécifique par pays, cela fait gagner un temps précieux.

Dans vizzboard :

Dans cet exemple, nous avons filtré un graphe colonne et une carte sur trois pays : France, Canada et Etats-Unis, en utilisant la fonction ‘Analysez vos données’.

Sous excel :

On peut utiliser son tableau croisé dynamique pour filtrer les données. Mais l’affichage est absolument illisible comme vous pouvez le constater ci-dessous :

Sur un tableau de bord, il faut répéter autant de fois la manip que l’on a de graphes. Ou faire un appel à un ami développeur VBA 🙂 Ou acheter la version 2016 qui propose effectivement des filtres dynamiques.

Résultat : vizzboard 1 / Excel (antérieur à 2016) 0

Round 4 : Palette des graphes disponibles

Si l’on veut sortir du sempiternel graphe colonne ou du bon vieux camembert, quels choix s’offrent à nous ?

Dans vizzboard :

Voici l’ensemble des 18 graphes disponibles :

vizzboard propose notamment les graphes suivants :

  • KPI en win-loss chart : il s’agit d’adosser à un indicateur la visualisation graphique de son évolution dans le temps par exemple.
  • Bullet : Le Bullet Chart est un graphe de type performance. Il s’agit d’une variation du diagramme Barres. Utilisé pour présenter une mesure donnée que l’on compare à une autre mesure, en indiquant des bornes qualitatives de type Médiocre / Satisfaisant / Bon. L’avantage est le gain de place conséquent pour afficher de multiples informations.
  • Circulaire : représentation graphique d’un pourcentage.
  • Entonnoir : Idéal pour visualiser les taux de conversion et les points de pertes lors d’un processus de réalisation comprenant plusieurs étapes.
  • Bubble chart : il s’agit d’une représentation de données hiérarchiques mais sous forme de cercles.
  • Heatmap : Une Heatmap (ou carte thermique) est une représentation graphique de données qui interprète l’intensité d’une variable en une gamme de tons ou un nuancier de couleurs sur une matrice à 2 dimensions (qui peut elle-même représenter une zone géographique). Ainsi, elles affichent leurs données d’une manière visuelle plus facile à saisir qu’un tableau de chiffres.

Le tableau de bord ci-dessous donne une illustration de ces 6 types de graphes.

Dans excel :

Dans excel antérieur à 2016, pas de graphe supplémentaire. Notons qu’excel 2016 propose 3 graphes supplémentaire intéressants :

  • Histogrammes de distribution : il s’agit d’un classique graphe colonne mais dont l’abscisse est représentée par des intervalles de distribution des mesures (ex : fourchettes de prix)
  • Cascade : utile pour représenter des écarts (en plus ou en moins), par exemple pour représenter les résultats nets d’une entreprise (CA – diverses charges)
  • Rayons de soleil : idéal pour représenter une répartition sur des catégories hiérarchiques (ex d’un organigramme)

L’excellent site du CFO masqué a construit des exemples avec chacun de ces graphes.

Résultat : vizzboard 1 / Excel (antérieur à 2016) 0

Round 5 : Mode collaboratif

Problématique : Je souhaite partager le fruit de mon travail avec un de mes collaborateurs.

Avec vizzboard

Ayant au préalable ajouté un utilisateur dans l’application, j’ai le choix entre :

  • lui donner accès en lecture seule à mon tableau de bord : il peut le consulter, jouer avec les filtres mais ne peut pas le modifier,
  • lui donner accès en modification pour qu’il puisse y apporter sa touche personnelle
  • lui partager également le modèle de données initial afin qu’il crée lui-même un nouveau tableau de bord.

Avec excel

Sauf avec excel 365 cette fois-ci, la collaboration dans excel est difficile. Je vais donc faire une copie d’écran et l’envoyer à mon collaborateur par mail en pièce jointe, ou lui envoyer le lien vers l’excel sur le réseau pour qu’il puisse le modifier.

Résultat : vizzboard 1 / Excel (sauf 365) 0

Round 6 : Volume de données

Avec vizzboard

Le nombre de données est illimité. L’import de données ne met que quelques secondes.

Avec excel

Notre pauvre feuille excel (post 2003) est limitée à 1 048 576 lignes * 16 384 colonnes. Et lorsqu’on lance des calculs sur un gros volume, eh bien ça nous laisse le temps de descendre à la machine à café 🙂

Résultat : vizzboard 1 / Excel 0

Le résultat du match

vizzboard l’emporte haut la main sur les versions excel jusque 2016, pour tout ce qui est de la conception et de la vie d’un tableau de bord.

A noter qu’excel reste intéressant pour la phase de préparation des données : formatage, nettoyage, formules nombreuses et complexes pour qui ne connaît pas le langage SQL.

Si nous vous avons convaincu, n’hésitez pas à faire un essai gratuit !

Test effectué sur la version 14.5.5 d’excel pour mac 2011.
Source de données: www2.cedrom-sni.com/Biblio/Liste_des_Sources_BPE.xls